Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACANTARI

ACANTARI

Lou plesi de canta n'en Prouvençau


Le mobilier Provençal

Publié par Chorale ACANTARI sur 9 Novembre 2013, 09:33am

Catégories : #patrimoine

LE MOBILIER PROVENCAL

Num_riser0005Le mobilier provençal se reconnaît très facilement par le mouvement voluptueux et généreux de ses lignes et détails décoratifs. Les dossiers incurvés et les devants galbés sont savamment sculptés et incrustés de bois précieux comme le mûrier, le noyer, le cerisier, le poirier et le saule. Les meubles de grande taille étaient souvent confectionnés pour des occasions spéciales. Les imposantes armoires faisaient fréquemment partie de la dote d'une future épouse, et représentaient des dates, initiales et motifs sculptés, notamment des coeurs entrelacés et des colombes en signe d'amour, des gerbes de blé en signe de prospérité, de la vigne en signe de longévité et des rameaux d'olivier en signe d'abondance. les moulurs des portes et des côtés confèrent à ce meubles un joli mouvement. la Provence recèle enfin quelques types de meubles trés caractéristiques, comme la fameuse panetière ou la chaise en paille tréssée.

Les sièges : On trouve en Provence beaucoup de chaises de fabrication récente, car les anciennes sont souvent trop fragiles pour être utilisées. les sièges se faisaient traditionnellement à partir de plusieurs bois : du mûrier -résistant à la vermoulure et suffisamment dur pour être sculpté - pour les accoudoirs, les pieds et les bâtons ; et du hêtre plus souple - pour les dossiers. La traditionnelle banquette à trois places, ou radassié (de radasse, femme de petite vertu), trône généralement devant le foyer, flanquée de profonds fauteuils à haut dossier. Les plus grands d'entre eux sont les fauteuils "à la bonne femme", traditionnellement destinés aux femmes âgées.

Les chaises en paille : classiques et polyvalentes. Elles ne sont pas d'un grand confort, en particulier celle au dossier droit, qui portent encore souvent la marque des clous que l'on utilisait pour y fixer des assises en crin de cheval.

La paille, la plupart du temps de couleur naturelle était parfois agrémentée d'un motif coloré.

Agrémentées de dossiers incurvés et de coussins, ces chaises sont beaucoup plus confortables. Les chaises de nourrice, également placées près de l'âtre, présentaient un haut dossier pour assurer un meilleur maintien, une assise basse pour étendre les jambes et des accoudoirs pour soutenir le bras de la mère qui allaitait. Dans les cuisines, on trouvait une chaise basse sans accoudoirs. Elle servait aux personnes qui travaillaient assises et avaient besoin d'espace pour leur broderie, vannerie et autres ouvrages.

Parmi ces meubles provençaux également : la commode et le buffet, tous deux presque invariablement sculptés. Certains reposent sur des pieds incurvés se terminant par des extrémités enroulées ou sculptés, appelés escargots.

Pétrins et Pannetières : la pannetière est un petit dressoir ouvragé dont la  porte en claire-voie est décourée de barreaux façonnés. Elle se ferme à l'aide de charnières et d'une lourde clé. Destinée à conserver le pain, elle était suspendue au mur pour le préserver des rongeurs, la claire-voie permettant de l'aérer. la grosse serrure, quant à elle, repoussait les éventuels voleurs.

Derrière la panetière se tenait le pétrin, un meuble de bois fermé et décoré où l'on faisait lever la pâte. Souvent, ces deux meubles étaient fabriqués en paires par le même ébéniste ....

Deux boîtes en bois sur pieds, que l'on trouve couramment dans les cuisines sont également typiquement provençales. L'une, avec un couvercle incliné et un petit tiroir en bas, est la salière où, comme son nom l'indique, on conservait le gros sel ; dans le tiroir, on rangeait les épices. L'autre est la farinière, où l'on entreposait la farine. Lorsqu'on posait cette boîte à plat, la porte coulissante s'ouvrait, permettant ainsi à la cuisinière de fariner plus aisément son poisson ; c'est pour cette raison que les farinières sont souvent décorées d'un poisson sculpté. Les tables trés simples étaient pourvues de pieds fuselés ou d'un panneau ondulé qui cachait les tiroirs à argenterie et reposait sur de gracieux pieds galbés terminés en pieds de biche. Les modèles plus tardifs sont parfois munis de rallonges ou d'un double dessus de table, qui pivote et s'ouvre pour former une table plus grande. La plupart des ces meubles provençaux, en particulier les armoires, étaient ornés de magnifiques ferrures chantournées, placées autour des serrures par souci de décoration autant de sécurité. Certaines ferrures étaient de qualité telle qu'elles ont survécu aux meubles qu'elles ornaient à l'origine, malgré les assauts du temps.

Source : Art de vivre et artisanat Provence de chez Aubanel

Meubles récents - Anné 1972 : reproduction bois Koari (noyer d'Afrique)

d_cor_1    d_cor_2  d_cor_3

 

Autre style, bois de commode en chêne

001

Pour terminer cet aticle sur les meubles, ci-dessous, photos d'une exposition que j'avais réalisée il y a quelques temps déjà sur les métiers anciens et le menuisier en faisait partie.

 
 

 

Vous aimez ?1 2 3 4 5

Le mobilier Provençal
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents